Soins des chiens – Entrainement & Comportement

comportement canin

Faire faire de l’exercice à votre chien

faire de l'exercice avec son chien

L’EXERCICE QUOTIDIEN EST RECOMMANDÉ

L’exercice est aussi important pour votre chien qu’il l’est pour vous.

Au même titre que les jeunes chiens, les chiens adultes ont besoin de beaucoup d’exercice; même les chiens ainés ont besoin d’un entrainement quotidien pour demeurer en santé.

Vous choisissez le type d’exercice selon l’âge et la forme physique de votre chien et selon votre style de vie. Les chiens sont flexibles et sont aussi heureux de jouer au Frisbee que de faire une longue promenade dans les alentours.

L’exercice est une des meilleures façons de passer le temps avec votre animal de compagnie. L’exercice est particulièrement important pour les chiens de grandes races, les chiens d’utilité et les chiens de races actives. Faire le tour d’un pâté de maisons sur une laisse n’est pas un exercice approprié pour un jeune chien Labrador : de tels chiens ont besoin de courir; les activités sans laisse sont les meilleures.

Les chiens sont de merveilleux athlètes; la plupart peuvent s’adapter à des exercices énergiques pourvu qu’ils aient eu l’occasion de s’entrainer et que les conditions environnementales ne sont pas trop extrêmes.

RECOMMENDATIONS

L’exercice quotidien est recommandé, à moins que la météo soit spécialement dangereuse ou qu’un problème médical entrave les activités de votre chien.

  • S’il y a un problème médical, consultez votre médecin vétérinaire concernant les limites de l’exercice. N’oubliez pas que les chiens obèses, ainsi que les chiens atteints de maladies de cœur et de poumons pourraient avoir un problème. Dans ce cas, assurez-vous de consulter votre médecin vétérinaire avant d’amorcer un nouveau régime.

Assurez-vous en tout temps de mettre à la disposition de votre chien beaucoup d’eau fraiche; procurez à votre chien un endroit pour se rafraîchir à l’ombre.

Lorsque la température tombe au-dessous de zéro, vous devriez limiter les exercices, à moins que votre chien soit habitué à cette température.

  • Cela variera selon la race et le manteau du chien. Si le vent souffle à plus de 15 km/h, faites attention à l’hypothermie et à la gelure. Si votre chien frissonne, regagner la maison ou bien un abri chauffé quelconque. Si vous demeurez à un endroit où la glace peut s’accumuler, n’oubliez pas que le sel de déverglaçage peut bruler les pieds de votre chien.

N’oubliez pas : même par les temps froids, un chien qui s’exerce a besoin de beaucoup d’eau.

Presque tous les chiens, surtout ceux atteints de problèmes de cœur et de poumons et ceux dotés de manteaux épais, risquent d’avoir des problèmes par les temps chauds et humides.

Il est mieux de prendre de l’exercice tôt le matin ou en soirée, alors que la température tombe en dessous de 25⁰Celsius et que l’humidité tombe en dessous de 30 %; il faut éviter les conditions chaudes et humides.

Enseigner les manières à votre chiot - mordillements et mâchements

éducation chiot

Lorsque les chiots jouent entre eux, ils le font souvent en se servant de leurs gueules. Lorsqu’ils jouent avec vous, ou lorsque vous les caressez, ils veulent souvent vous mordre ou vous mordiller aussi.

Ce comportement n’est pas proprement agressif à cet âge, mais il peut le devenir.

Lorsque les chiots sont élevés par leur mère, il arrive un moment où maman commence à imposer des limites. Les jeunes veulent souvent allaiter à tout moment, mais une mère avisée commence à les repousser dès l’âge de trois semaines.

Les mordillements font également l’objet de désapprobation, non seulement de la part de la mère, mais aussi de la part des frères et sœurs de la litière. En réponse à un mordillement trop douloureux, maman peut réprimander le chiot physiquement, ou le frère peut crier puis refuser de jouer.

Ces interactions naturelles permettent au chiot de développer de bonnes manières ainsi que de comprendre leurs effets sur certains des comportements des autres.

Cependant, lorsqu’un chiot est élevé par un humain bien intentionné, l’établissement adéquat de limites est parfois négligé. Certains nouveaux propriétaires de chiots ne se rendent pas compte que les mordillements sont inacceptables et qu’ils doivent les décourager.

Par contre, à l’aube de sa vie, les mâchements du chiot sont acceptables jusqu’à un certain point, et même désirables.

Si un chiot n’adopte aucun comportement oral envers ces nourrices, ni mordillements ni mâchements, il ne pourra jamais apprendre les limites de tels comportements.

Il faut plutôt permettre et même encourager les mâchements et même les mordillements, jusqu’à un point.

Mais lorsque les mâchements deviennent agaçants, ou lorsque les dents de loup commencent à faire une impression inoubliable, il est temps de changer le comportement.

L’idée est de faire comprendre au chiot que les humains sont tendres et sensibles. Supposons que votre chiot vous mordille pour la première fois à l’âge de quatre mois.

En ayant soigneusement planifié votre conduite, vous attendrez la prochaine fois que votre chiot s’en prendra à vous, puis vous retirerez votre main brusquement en criant « OUILLE ». Vous devriez interrompre votre interaction avec le chiot pour quelques minutes, à l’image de l’interaction avec des frères et sœurs de la litière.

Vous lui enseignez ainsi l’« inhibition de morsure », une leçon essentielle pour tous chiens de famille.

Si les choses se déroulent comme prévu, votre chiot vous adorera, vous respectera et comprendra que même dans les situations extrêmes, il n’a pas besoin de vous perforer la peau pour faire passer un message important.

Votre chien aboie pour communiquer

aboiement d'un chien pour communiquer

Les chiens aboient pour beaucoup de raisons, des bonnes et des moins bonnes. Parfois, l’aboiement est une expression de bienvenue, parfois, non. Parfois, les chiens aboient brièvement, et parfois ils ne veulent jamais se taire. Voilà où se situe le problème.

De par leur nature, certaines races de chiens aboient plus que d’autres. Les beagles et les chiens de berger Shetland par exemple, ont beaucoup tendance à se faire entendre. Par contre, les lévriers et les chiens de la race Basenji aboient rarement.

L’aboiement est une forme de communication. En présence d’humains et d’autres chiens, les aboiements peuvent leur être spécifiquement adressés.

Les aboiements servent à communiquer différentes choses. Parfois, les aboiements servent à repousser et parfois à attirer. Certains tons d’aboiements font savoir qu’il faut se pousser, alors que d’autres peuvent vouloir dire (selon le contexte) « je suis ici. Où le diable êtes-vous passé? ».

Même l’observateur le moins avisé remarquera que les chiens ont une variété de types d’aboiements, depuis le « wouffe » assourdi de reconnaissance ou d’inquiétude, jusqu’à la série d’aboiements qui expriment sans détours l’agression.

Les chiens aboient souvent pour donner l’alarme. Beaucoup de propriétaires apprécient de tels aboiements d’alarme; certaines races de chiens domestiques sont choisies justement à cause de leurs capacités développées pour donner l’alarme.

Pour faire face aux aboiements, la clé c’est de pouvoir les taire.

Aboiements reliés à l’angoisse de séparation

anxiété de séparation chez le chien

Ensuite, nous avons les aboiements reliés à l’angoisse de séparation, qui se produisent alors que vous préparez votre départ ou bien lorsque vous êtes absent. Il y a deux sortes d’aboiements reliés à l’angoisse de la séparation :

  • Les aboiements aigus, hystériques qui ont lieu dans les cinq minutes qui suivent le départ du propriétaire et qui traduisent une panique, un appel à l’aide.
  • La variété plus chronique d’aboiements monotones exprimés par les chiens à peu près résignés à la situation difficile dans laquelle ils se trouvent.

Trop de propriétaires ne reconnaissent pas la souffrance de leur chien lorsque leurs voisins se plaignent des aboiements incessants.

Plutôt que de reconnaitre le problème du chien, les propriétaires ne voient que le problème créé par les aboiements. La punition du chien pour les comportements de la sorte est une solution bien trop fréquente et malavisée.

Certains chiens aboient seulement pour attirer l’attention, voulant prendre toute la place à tout moment. Cela découle souvent d’un conditionnement involontaire du chien par le propriétaire.

Aboiements territoriaux

Aboiements territoriaux

Un des plus importants devoirs du chien est d’aboyer, de décourager les étrangers et d’avertir les membres de sa meute de l’approche d’un intrus.

Ce comportement est très apprécié de beaucoup de propriétaires, puisqu’il permet de prévenir beaucoup de cambriolages. La présence d’un chien au foyer est aussi efficace que celle d’un système de surveillance électronique, sinon plus efficace.

Le problème se manifeste lorsqu’un chien trop enthousiaste aboie trop longtemps pour avertir ses propriétaires de l’approche d’intrus.

Le secret est de dresser le chien à se taire une fois que l’avertissement est reconnu. Pour la plupart des chiens, cela ne pose pas trop de problème.

Il suffit de lui adresser une phrase telle que « bon chien » ou « merci » pour lui faire comprendre que vous avez bien compris son avertissement de l’approche des intrus. Il est d’ailleurs poli de remercier le chien lorsque celui-ci accomplit son devoir.

Si les aboiements persistent après votre reconnaissance et vos remerciements, une commande telle qu’« arrête! » ou « assez! » est de mise pour appeler la fin des aboiements.

Lorsque vous dressez votre chien pour répondre à la commande « arrête ! », faites-le avec renforcement positif. Vous renforcez le comportement voulu lorsque le chien interrompt les aboiements pour au moins trois secondes.

Vous allez devoir attendre un certain moment la première fois, mais le chien finira par comprendre si la récompense est suffisamment puissante. Comme vous aurez des visiteurs qui attendent dehors pendant 30 minutes, vous devriez orchestrer des séances de dressage avec un volontaire à la fois patient, et suffisamment libre pour mener à terme les séances avec vous.

Aboiements réactifs

Aboiements réactifs

Certains chiens ne se limitent pas à aboyer à l’approche d’étrangers, ils aboient en réaction à tout changement à leur environnement : une voiture passante, une feuille tombante, la brisure d’une stalactite de glace, etc.

De tels chiens incarnent le contraire des chiens noirs et feux pour la chasse au raton laveur (coonhound) flegmatiques, qui acceptent tout avec sérénité.

Ils sont constamment sur le qui-vive, prêts à tout. Il est difficile de cohabiter avec ce genre de chien, surtout si vous n’avez pas besoin d’autant de protection.

Les chiens très réactifs prennent bien trop à cœur leurs comportements autodéfensifs et leurs responsabilités de garde famille.

Alors, comment persuader de tels chiens que leur mission est inutile une fois que chaque perturbation de l’environnement prend fin, sans renforcer le comportement?

La réponse est que nous ne le pouvons pas.

Tout ce que nous pouvons faire, avec l’aide du médecin vétérinaire, est de s’adresser aux éléments médicaux qui contribuent à l’hyperréactivité, procurer un exercice adéquat, assurer une alimentation appropriée et tenter de bien contrôler le chien dans la mesure du possible.

Comment devrais-je faire face à mon chien agressif?

chien agressif

Quelle est la cause de l’agressivité des chiens et comment le propriétaire doit-il y faire face?

Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles le chien se comportera de manière agressive envers les étrangers et même envers son propriétaire.

L’agressivité des chiens se définit comme un comportement menaçant ou néfaste envers une créature vivante.

Les chiens qui adoptent de tels comportements ne sont pas anormaux; ils présentent un comportement normal, propre à leur espèce, incompatible avec le style humain de vie et la sécurité humaine.

La première étape pour découvrir les causes du comportement agressif de votre chien est de rendre visite à votre médecin vétérinaire.

Il n’y a pas de cause médicale pour l’agression; votre médecin vétérinaire pourra vous recommander un béhavioriste. Celui-ci obtiendra un historique comportemental complet et recommandera une thérapie.

Même si le traitement semble donner fruit, vous devriez toujours vous méfier. La fréquence et la sévérité d’agression pourront être réduites, mais dans la plupart des cas, l’agression ne pourra être éliminée complètement.

Vous devez peser les risques et les avantages reliés au maintien d’un chien agressif. N’oubliez pas, votre première préoccupation est votre sécurité et celui de votre entourage.

Comment vivre chez soi avec un chien agressif et imprévisible.

comportement agressif chez le chien

Si votre chien est imprévisible, songez à lui mettre une muselière confortable, de style panier, le temps d’avoir recours à un spécialiste.

Tant que vous n’aurez pas recours à un spécialiste, évitez toutes interactions pouvant déclencher l’agression de votre chien.

Ne tentez pas de punir physiquement votre chien. Cela peut augmenter l’intensité de l’agressivité de votre chien et peut causer de graves blessures. Pour éviter les problèmes :

  • Enfermez votre chien dans une pièce à part en présence de visiteurs ou d’enfants
  • Hébergez ou alimentez vos chiens séparément s’ils se battent entre eux
  • Retirez les objets tels que les os et les jouets que votre chien pourrait protéger

Ne permettez pas d’accès non supervisés au chien par les enfants. Les enfants doivent apprendre à ne pas interagir avec le chien lorsque celui-ci est en train de manger, de ronger un os ou de se reposer. Interdisez aux enfants de tourmenter le chien ou de lui faire mal

Tenez le chien en laisse en tout temps. À domicile, vous pourriez attacher au collier du chien une mince laisse de nylon, qu’il pourra trainer confortablement. Cela vous permettra d’exercer un contrôle sur votre chien. Vous pouvez attacher la laisse à un collier de dressage pour exercer un meilleur contrôle. Si vos chiens se battent, ne vous interposez pas. Interrompez l’agression avec de l’eau, un bruit fort, une couverture ou un vaporisateur.

Lorsque les aboiements causent problème : aboyer pour attirer l’attention

chien qui aboit

La plupart d’entre nous sont agacés par le chien de famille qui aboie et obtient tout ce qu’il veut. Ces chiens s’imposent et font à leur idée, prenant toute l’attention et accaparant la vedette.

Alors, qu’est-ce qui permet à un chien de se comporter de la sorte? En un mot, le conditionnement.

Bien que nous ne le réalisions pas toujours, nous dressons nos chiens à tout moment, par nos gestes.

Aucun chien ne s’acharnera sur une mauvaise stratégie, que la stratégie soit axée sur l’aboiement, les gémissements ou les pleurs.

Voici quelques suggestions pour faire face à un chien aboyeur voulant attirer toute l’attention :

  • Désengagement. Ignorez le « mauvais » comportement et répondez avec attention lorsque le chien est calme. Pour le chien qui cherche de l’attention, toute attention est plus désirable que l’absence d’attention, même si l’attention se manifeste sous forme de réprimande.
  • Stimulant de relais. Si le désengagement devient ennuyeux, vous pouvez utiliser un stimulant de relais pour accélérer le progrès. Un stimulant de relais est un son neutre, tel qu’un appel de canard, un son de clique que nous faisons dès que le chien s’emporte. Le stimulant sert à signaler un désengagement imminent. Cette stratégie procure une résolution plus rapide au problème de chien aboyeur voulant attirer toute l’attention que le simple désengagement, puisque la stratégie permet au chien de se concentrer sur les conséquences de ses actions.
  • Punition. Les punitions audibles peuvent servir de moyen de dissuasion. Cela se fait en donnant une commande telle que « jappe pas! » et en punissant le chien en secouant un objet bruyant. La technique fonctionne parfois, mais les punitions audibles ne sont efficaces que pour certaines races chiens plus sensibles.
  • Contre-conditionnement. Le contre-conditionnement vise à dresser le chien de façon à ce qu’il fasse quelque chose d’incompatible avec son comportement conditionné précédent, dans ce cas, l’aboiement.