Ce qu’on ne voit pas

May 21, 2018

Ce qu’on ne voit pas

Le printemps est finalement arrivé! La température s’adoucit et on veut tous aller profiter du beau temps à l’extérieur et, bien sûr, avec nos animaux de compagnie.

On a parlé beaucoup des tiques et de la maladie de Lyme ces dernières années et plusieurs propriétaires d’animaux ont commencé à prendre des précautions pour se protéger eux-mêmes et leurs fidèles compagnons. Mais les tiques ne sont pas les seules à causer des problèmes.

Quelques exemples d’organismes que nous ne pouvons voir à l’œil nu, mais qui peuvent nuire à nos compagnons.

1. Puces : bien que nous puissions voir les puces, nous ne pouvons voir leurs œufs ou larves. Le cycle des puces est le suivant : elles se nourrissent et se reproduisent sur l’animal, mais les œufs tombent par terre et infectent l’environnement autour de l’animal ainsi que votre maison. Après quelques jours, se forment les larves qui se feront un cocon pour se protéger : c’est le stade de nymphe; elles resteront dormantes jusqu’à ce que la température se réchauffe ou jusqu’à ce qu’elles ressentent les vibrations d’un animal qui passe et qu’elles aillent s’y loger. La puce adulte sortira du cocon et sautera sur l’animal (ou sur l’humain) et le cycle continue. Les puces causeront de la démangeaison chez votre animal ce qui le rendra très inconfortable, et le fait de se gratter pourra causer des lésions sur sa peau. Si l’infestation est assez importante, cela peut même causer de l’anémie! Heureusement, en traitant votre animal, vous arrêtez le cycle de continuer.

2. Parasites intestinaux : Plusieurs personnes pensent que puisqu’elles ne voient pas de vers dans les selles de leurs compagnons, cela veut dire qu’ils n’ont pas de parasites. Malheureusement, les parasites intestinaux tels les vers restent à l’intérieur de l’intestin où ils se nourrissent et survivent. Dans la plupart des cas, ce qui passe dans les selles sont les œufs des parasites qu’on ne peut voir à l’œil nu. Une perte de poids, un pelage terne, un ventre distendu, des vomissements ou de la diarrhée, et même dans des cas très graves, une anémie, sont quelques symptômes qui peuvent apparaître lorsqu’il y a une infection, mais il est aussi très fréquent que l’animal ne démontre aucun symptôme. Pour toutes ces raisons, il est important de donner un vermifuge mensuel et de faire une analyse de selle au moins une fois par année même si rien ne paraît.

3. Protozoaires : giardie et isospora sont ceux qu’on rencontre le plus souvent chez les chiens. Ce sont des organismes microscopiques qu’on peut détecter chez les humains et chez les animaux et qui sont généralement transmis par contamination fécale. Ils peuvent aussi survivre longtemps dans le sol et peuvent être transmis par de l’eau contaminée et par de la viande qui n’a pas été suffisamment cuite, comme on voit dans les régimes alimentaires où l’on donne de la viande crue aux animaux. Encore une fois, les animaux ne présenteront aucun symptôme d’infection, mais on peut retrouver diarrhée, déshydratation, malabsorption/malnutrition et dans des cas très graves, même la mort. Des analyses de selles sont une façon de déceler une infection. Éviter les diètes d’aliments crus et ne pas laisser vos compagnons boire dans les flaques d’eau aideront grandement à ne pas les infecter.

Comme vous pouvez constater, il existe plusieurs menaces qu’on ne peut voir et qui peuvent ne causer aucun symptôme; souvenez-vous que des analyses de selles une fois par année et des antiparasitaires une fois par mois peuvent protéger vos compagnons. Demandez à votre vétérinaire quelles sont les meilleures options et vous pourrez ainsi profiter du beau temps avec vos compagnons sans soucis.

 

Chelsey Lough, Technicienne en santé animale certifiée